SE REDÉFINIR POUR REPARTIR A ZÉRO

               Nous y sommes, une nouvelle étape s’ouvre devant nous. Ambition, assurance et remise en questions nous plongent sans cesse vers une quête d’identification. Tandis que nous rêvons d’une liberté absolue, la réalité nous soumet à l’entrave perpétuelle. Deux mois de confinement nous ont poussés à une prise de conscience. Qui voulons-nous devenir ? L’humanité d’hier ne devrait plus être celle d’aujourd’hui. Ce constat, somme toute optimiste, durera un certain temps et notre nature reprendra le dessus ; candeur et abnégation sont indubitablement éphémères. Toutefois, certains d’entre nous cherchent à se réinventer ou tout simplement, à réaliser leur aspiration.

               C’est le cas de Florence Green, veuve anglaise à l’aube des années 1960, protagoniste de l’éminent roman intitulé La Libraire, signé Penelope Fitzgerald. Vouée d’un désir profond d’ouvrir un commerce de livres, Florence Green va se confronter à l’hostilité des habitants d’une petite bourgade du Suffolk – enracinée dans la tradition. Affranchie de l’ostracisme ambiant, la jeune libraire restera inflexible, guidée par son unique volonté : partager sa passion pour la lecture, seul échappatoire d’une solitude morose. Des personnages aux caractères remarquables, mais un brin stéréotypé, des répliques incisives d’une sincérité exacerbée, le roman de Penelope Fitzgerald dépeint avec justesse la réalité d’une Angleterre profonde, présentant encore les stigmates de la Seconde Guerre mondiale. Le portrait d’une société fragilisée fortement attachée au quotidien et redoutant, par-dessus tout,  toute forme de modernité capable d’ouvrir leur esprit au-delà des frontières familières.

               Porté à l’écran par un casting de renom en 2019 – sous la direction d’Isabel Coixet, La Libraire incarne avec brio le romanesque primaire. D’ailleurs, nous ne pouvons qu’être en accord avec l’auteure, qui  affirmait en ces termes, « qu’un bon livre est l’élément vital et précieux d’un esprit supérieur ; il est embaumé et chéri pour attendre une vie située au-delà de la vie. En tant que tel, on peut sûrement le considérer comme une denrée de première nécessité, non ? ».

Caroline.

FITZGERALD, Penelope, La libraire, 1978, Paris, Editions La Table Ronde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s