LA PEINTURE : SOURCE DE JOUVENCE

               A l’heure d’une remise en question des carrières et du devenir de la jeunesse, certains jouissent d’un parcours des plus remarquables. Tandis que nous préparons notre réveillon de Noël dans l’incertitude du lendemain, d’autres célèbrent leur anniversaire avec flamboyance.

     Né le 24 décembre 1919, Pierre Soulages ne cesse de produire depuis plus de quatre-vingt ans. Artiste prolifique, il démontre par son avidité constante que tout est possible. Défiant le temps et les événements de la vie – il suspendit son travail pendant la Seconde Guerre mondiale -, le peintre de la lumière est en quête d’un dépassement perpétuel. Gagnant ses lettres de noblesse dès 1947 au Salon des Surindépendants à Paris, il est aujourd’hui l’artiste le plus dispendieux de sa génération. D’ailleurs, le Louvre lui consacre une rétrospective jusqu’au 9 mars prochain ; une quinzaine d’œuvres occupe de ce fait le Salon Carré de l’aile Denon.

Peinture, 181×405 cm, 12 avril 2012

     Peintre des superlatifs, Pierre Soulages se voit davantage comme un artisan, vouant son existence à l’élaboration d’outils et à la recherche d’un savoir-faire minutieux. Sans théorisation extrême, la pratique picturale est pour lui  une expérience en évolution progressive. De son regard illustre, il perçoit la relation particulière entre gestes, matière et surface. Les vibrations de la lumière mettent ainsi en valeur les nuances, les aspérités, les gravures, de cet « outrenoir » qu’il expérimente, tel un sculpteur modelant la glaise. Phénomènes optiques et sensorialité sont étroitement liés depuis le commencement de ses travaux au brou de noix. Dans un hommage sincère, l’exposition du Louvre déploie toute la mesure de sa construction identitaire. Des traces primitives aux grandes calligraphies, des coups de brosses aux monochromes subtils, le peintre centenaire offre à la lumière sa pleine expression. Ses toiles aux formats variés décrivent le cheminement nécessaire au cours de l’observation, afin d’appréhender au mieux l’émotion que souhaite susciter l’auteur. Selon la clarté du jour et du déplacement du contemplateur, les œuvres de Soulages se métamorphosent et se révèlent. Semblable à un dialogue intime, un jeu s’instaure entre l’artiste, le spectateur et la représentation pour dévoiler toute la dimension de l’exécution. Le temps est justement un élément fondateur dans l’œuvre de l’artiste, qui ne titre pas ses toiles mais inscrit simplement la date et les mesures formelles de l’ouvrage en question.

Peinture sur papier 1948-1, 65×50 cm

Rien n’est dicté, tout est suggéré. Épurée, l’œuvre de Pierre Soulages reste ancrée dans la délicatesse. A la fois poétique, voluptueuse et dynamique, ses créations sont fortement chargées en énergie interactive. La curiosité de découvrir ses toiles – selon un autre angle ou une autre lumière – attise la nouveauté permanente. D’autant plus lorsqu’il s’agit de vitraux, que vous pouvez admirer à l’abbaye de Conques. Une invitation à revenir observer son œuvre, mais surtout à être saisi à chaque instant par le moment présent. 

couverture du numéro de décembre 2019 magazine Connaissance des arts

Caroline.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s