L’obsolescence programmée de nos sentiments

Je ne veux pas trop en dire sur cette BD. Car il y a trop à découvrir et une jolie claque à se prendre.

On se rend compte qu’on nous catalogue, nous range dans des cases à cause de notre âge, nos activités et que si on ne s’y conforme pas, c’est nous le souci, et pas cette case, fixe, qu’on ne peut modeler.

C’est sûr que si à la sortie de l’usine, déjà, la forme est fragilisée, qu’on rentre dans le moule, mais que ça déborde un peu, par moment, un avenir encadré ne nous sourira pas.

« Le corps se résigne plus vite que l’âme » c’est ce que vont nous apprendre Méditerranée et Ulysse, les deux protagonistes.

Je ne veux vraiment pas trop en parler, car ce serait tout gâcher. Prenez 15 minutes pour lire cette BD, vous sentir émus quelques instants avant de reprendre le cours de votre vie à l’obsolescence programmée elle aussi.

Margaux G

139 p. aux éditions DARGAUD

Zidrou & Aimée de Jongh

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s