Apprendre et se souvenir avec « Indélébiles » de Luz

Couverture d'"Indélébiles" de Luz, edtion Futuropolis, 2018
Couverture d' »Indélébiles » de Luz, edtion Futuropolis, 2018

L’autre jour (il y a déjà un bon mois, si ce n’est plus), je vous ai parlé des Grand Espaces de Catherine Meurisse, l’une des rescapés de l’attentat perpétré à l’encontre de Charlie Hebdo en janvier 2015. Aujourd’hui, je vais vous parler du dernier ouvrage de Luz, lui aussi rescapé parce qu’arrivé en retard, Indélébiles.

Indélébiles, c’est quoi ?
. C’est une bd tendre, émouvante, drôle qui nous retrace l’aventure qu’a été/ qu’est Charlie Hebdo.
. C’est l’histoire de Luz, ses souvenirs, sa vie de débutant dessinateur satirique, ses insomnies post-attentat où il se remémore les enquêtes de terrain, les apprentissages, la construction de Charlie Hebdo…
. C’est aussi l’histoire de Luz, mais son histoire intime, passée et présente, cette histoire qui fait le lien, qui dit qui il est maintenant…
. C’est un hommage à Cabu, Charb, Tignous, Luce, tous ceux qui n’ont pas survécu à cet attentat.
. C’est un livre d’apprentissage.
. C’est un pavé d’Histoire avec un grand H.

Extrait d'"Indélébiles" de Luz, edtion Futuropolis, 2018
Extrait d' »Indélébiles » de Luz, edtion Futuropolis, 2018

C’est la nuit, la femme et la fille de Luz dorment, lui non, il a fait un cauchemar et s’est levé. Il pense à ses amis morts lors d’une conférence de rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015. Il se remémore le chemin qu’il a parcouru avec eux, de ses débuts où il croise par hasard Cabu alors qu’il cherche Le Canard Enchaîné… Et Cabu, l’emmène alors au bouclage de La Grosse Bertha (journal satirique hebdomadaire créé de 1991 à 1992 en réaction à la première guerre du Golfe). Et c’est comme ça que, bourré des angoisses du débutant, il rencontre Cabu et il commence à dessiner pour des revues satiriques. C’est aussi le moment où il rencontre Charb (le créateur de Maurice et Patapon, un chien et un chat aux dialogues souvent scato et profonds, oui, je sais, c’est synonyme), ce moment où, encore puceau, il va entrer dans cette famille de dessinateurs à la fois moqueurs et bienfaisants. Ils vont, ensemble, monter Charlie Hebdo, apprendre les uns des autres, s’entraider, se soutenir, se remettre en question…

Ce livre parle de ce qui fut, il est une leçon de vie et d’histoire, on suit Luz dans ses enquêtes de terrain, dans ses recherches de dessins mais aussi les autres, Cabu ayant une place centrale dans cet ouvrage. C’est drôle et émouvant, et c’est à lire parce que ça va au-delà des attentats, ça n’en parle pour ainsi dire, ça ne fait pas d’amalgames, ce n’est pas jugeant, c’est avant toute chose un livre, une bd positive qui revient sur plus de 20 ans de vie, qui nous invite à (re)plonger dans cette époque pas si lointaine où Johnny était caricaturé, où Chirac se présentait aux élections présidentielles, le tout saupoudré de moments de la vie intime de Luz… à lire, vraiment. Parce que ça démontre une chose essentielle : la vie continue même si la terreur s’abat sur nos vies.

Cécile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s