« Le port a jauni » : une maison d’édition riche de deux cultures, deux langues.

Le port a jauni est le nom d’une maison d’édition basée à Marseille qui vogue entre deux cultures, deux langues unies à travers une même histoire.

logo

Destinés à la jeunesse, ces albums et poèmes nous enchantent avec des principes narratifs audacieux. Oser la correspondance entre le texte en français écrit de gauche à droite et le texte arabe composé de droite à gauche et qui se rejoignent au centre de l’ouvrage comme une ode à la méditerranée, est en notre présent, une force touchante. Cette initiative de créer des œuvres rarement proposées aux enfants – qui plus est, bilingue en français et en arabe – est à souligner.

Mathilde Chèvre, édite, illustre et écrit des livres pour la jeunesse, suite à une thèse publiée sous le titre Le poussin n’est pas un chien – Quarante ans de création arabe en littérature pour la jeunesse, reflet et projet des sociétés (Égypte, Syrie, Liban)*. Elle apprend à parler l’arabe à 25 ans et voyage à travers le Moyen-Orient avant de s’y installer quelques années. Elle y monte son projet d’édition bilingue, qu’elle finit par concrétiser à Marseille.

Le port a jauni comprend plusieurs collections, toutes illustrées. La collection Albums arabes, principalement fondée à partir d’ouvrages publiés en Égypte, au Liban ou au Soudan, traduits de l’arabe et adaptés dans une version bilingue. La collection À double sens réalisée à partir d’une création, qui comme son nom l’indique, s’amuse du double sens entre le français et l’arabe, « parfois le livre tourne et retourne comme une roue, parfois il se lit comme un calendrier, ou encore de gauche à droite et de droite à gauche comme un palindrome linguistique ». Enfin, les collections Poèmes et Histoires courtes offrent aux petits et aux grands enfants une promenade entre la richesse des mots, des vers, des strophes de la poésie arabe.

Ces ouvrages, je l’espère, auront le pouvoir d’être la première pierre d’un pont à construire entre les cultures, les langues et les membres d’une même famille. Peut-être auront-ils la puissance de combler le gouffre qui s’est formé entre les générations d’immigrés et d’enfants d’immigrés, accentué par le silence de la confusion de n’être ni d’ici ni d’ailleurs. Donneront-ils la capacité de transmettre ce qui a été oublié par l’histoire de la colonisation ? L’élégance et l’abondance de la culture arabe, source d’inspirations pour les hommes de lettres du Moyen-Âge.

albums bilingue

Ma visite au salon de Montreuil, qui a eu lieu de 28 novembre au 3 décembre, m’a permise de trouver le cadeau de Noël idéal pour mon neveu et ma nièce francophones qui rient – désarmés – face aux remontrances en arabe de leur grand-mère. Je vous souhaite à tous une bonne lecture et des joyeuses fêtes.

Nadia B.


Poèmes de roches et de brumes poèmes de Carl Norac ;
illustrations de Arno Célérier traduit en arabe par Nada Issa

*(Beyrouth, Ifpo/Iremam, 2015) ;
Blog de recherche sur la littérature jeunesse dans le monde arabe  : www.lirelelivre.hypotheses.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s