Chansons interdites… part two

« L’interdit donne de la saveur, la censure du talent »

Je me suis toujours dit que je ne commencerais jamais un article par une citation d’un auteur célèbre. J’ai donc cherché un auteur totalement inconnu pour ne pas trahir mes principes ! (la citation est de Marc Vilrouge au passage)

Voici la deuxième et dernière partie des playlists interdites. Et contrairement au premier article (que vous pouvez lire ici), dans cette playlist les musiques ne seront pas abordées chronologiquement mais par pays. Le premier article nous a prouvé que la censure n’avait pas de temporalité, on va maintenant découvrir qu’elle n’a pas de frontière !

ETATS-UNIS

C’est toujours facile de s’attaquer aux Etats-Unis, mais en même temps on a l’impression qu’ils le cherchent toujours un peu. Quand une chanson énumère les plaisirs de la vie en finissant par « et je me dis au fond de moi, quel monde merveilleux », difficile de penser qu’une telle chanson puisse être censurée… et pourtant.

« What a Wonderful World » et des dizaines d’autres chansons vont subir la censure sur les ondes des radios américaines au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Métaphores troublantes, évocations de la perte d’un être cher, remises en cause du mode de vie américain ou références aux avions, si les paroles d’une chanson évoquent l’un de ces thèmes, elle sera désormais interdite sur les ondes.

Louis Armstrong – What a Wonderful World

« J’aperçois des arbres verts / Des roses rouges également / Je les vois s’épanouir / Pour toi et moi / Et je me dis tout bas / Quel monde merveilleux » (paroles qui ont valu la censure au titre)

The Clash – Rock The Casbah

« Le roi a mobilisé ses combattants de l’air / Il a dit, vous devriez gagner votre salaire / Larguez vos bombes entre les minarets / Aux pieds de la casbah » (paroles qui ont valu la censure au titre)

Red Hot Chili Peppers – Aeroplane

« J’aime le plaisir pimenté de souffrance / Et la musique, c’est mon avion » (paroles qui ont valu la censure au titre)

RUSSIE

Bien sûr que la liberté d’expression existe en Russie, il s’agit simplement de ne pas être en désaccord avec le gouvernement, et ne parler du pouvoir que dans des termes élogieux.

A peu près l’inverse du message délivré par le groupe Pussy Riot depuis sa création et dans la plupart de ses chansons. Ce qui a valu en 2012, une condamnation à deux années de prison en camp de travail pour 3 membres du groupe. La cause était une musique parlant de la condition des femmes, du pouvoir religieux et des homosexuels.

Pussy Riot – Punk Prayer

CHINE

Il y a 3 ans, la Chine a répertorié et censuré une liste de 120 musiques jugées immorales. Musiques considérées par le ministère comme faisant l’apologie de l’obscénité, de la violence, du crime et qui contreviennent à la moralité publique. Les groupes de rap et de hip-hop sont les cibles principales du gouvernement qui ne veut pas offrir à la jeunesse chinoise une image « faussée » du parti politique au pouvoir.

阴三儿 – Da La Di La Da

ISRAËL

L’une des grandes célébrités musicale israélienne Izhar Ashdot, a écrit une chanson basée sur les témoignages de soldats israéliens évoquant les conditions de vie en temps de guerre dans le pays. Un succès auprès de la critique et du public, mais une tentative de délégitimer l’Etat d’Israël pour le gouvernement. L’image du conflit passe avant la liberté d’expression : censure et interdiction de passer à la radio pour l’artiste.

Izhar Ashdot –  A Matter Of Habit

LIBAN

Si on a vu jusque-là que la censure interdisait des images négatives de la politique et du gouvernement, remettre sa foi en question est aussi passible de censure dans certains pays. Au Liban, la Sûreté générale a demandé à l’artiste Bachar Mar-Khalifé de supprimer une chanson portant atteinte à l’entité divine s’il voulait pouvoir diffuser son album.

Bachar Mar-Khalifé – Kyrie Eleison

CORÉE DU NORD

Je finis avec eux parce que j’avoue, j’ai un petit faible pour la Corée du Nord en terme de liberté d’expression. Qu’il s’agisse de censurer des chansons étrangères et locales qui pourraient motiver la dissidence populaire, rien d’étonnant finalement, mais ils vont encore plus loin.

Depuis quelques années, le département de propagande fait du porte-à-porte chez les citoyens avec l’autorisation d’incinérer l’ensemble de la discothèque d’un foyer qui pourrait contenir une seule chanson considérée comme dangereuse.

Mais plutôt que vous présenter un morceau interdit parmi des milliers, je vous propose d’écouter le plus grand groupe pop de Corée du Nord (qui a dit le seul ?). 18 femmes choisies par Kim Jung Un lui-même, chargées de diffuser une image positive du pays à travers la Corée et le monde.

Moranbong Band – With Pride

BONUS

Et pour la chanson bonus de cette playlist, je vous propose ce clip de David Bowie qui a effrayé Youtube lors de sa sortie. Le clip a été immédiatement censuré dans un premier temps avant d’être à nouveau disponible avec le sigle « Explicit » quelques heures plus tard. On ne censure pas David Bowie comme ça !

David Bowie – The Next Day

 

Finalement, la conclusion n’est pas si négative quand on y pense. Tous ces pays pourtant si différents en terme de politique, de religions ou de lois ont tous un point commun : si un artiste veut critiquer le gouvernement en place, on le censure !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s