Chimamanda Ngozi Adichie – Icône de la littérature féministe

J’ai découvert l’écriture de Chimamanda Ngozi Adichie à New-York alors même que je me baladais dans un magasin de décoration à la recherche de souvenirs à rapporter en France. C’est entre les bougeoirs, les tasses et autres spécificités du home sweet home américain, que j’ai découvert le livre « We should all be feminists » de Chimamanda Ngozi Adichie. Une découverte, un régal, une confirmation de ce que je savais déjà : je suis féministe (et ce n’est pas une tare). Ce petit livre est à mettre entre toutes les mains. 2 euros chez Folio, maigre contribution pour une belle pensée qui joue cartes sur table.

Lorsque la presse parle de Chimamanda Ngozi Adichie, c’est en tant que nouvelle icône du féminisme. Elle est écrivain, jeune, noire et défend l’égalité entre les femmes et les hommes. Tout pour plaire (ou déplaire). En 2012, l’auteure est propulsée sur le devant de la scène médiatique à la suite d’une conférence TED à Londres. Elle y prône l’égalité entre les êtres humains. Ses propos font le tour de la planète, sont repris par Beyoncé dans sa chanson « Flawless » et Dior en a fait un slogan sur un tee-shirt blanc que Rihanna a adopté. Si Chimamanda Ngozi Adichie n’est pas une fan inconditionnelle du féminisme version Beyoncé, on reconnaîtra tout de même l’intelligence des lectures de Queen B, et la capacité de Dior a détourner une phrase importante en un pur produit marketing.

J’ai continué ma rencontre avec l’écriture et la pensée de Chimamanda Ngozi Adichie avec un autre ouvrage intitulé « Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe », paru en mars 2017 à l’occasion de la journée pour les droits des femmes. Et c’est de celui-ci dont j’aimerais vous parler.
En quinze suggestions, l’écrivain s’adresse à son amie Ijeawele qui vient d’avoir une fille et qui cherche des conseils avisés pour l’éduquer dans un monde ou le patriarcat règne en maître. Chimamanda Ngozi Adichie part d’un postulat.

« Quel est ce postulat ? Voici ce qui devrait être ton postulat féministe de base : je compte. Je compte autant. Pas « à condition que ». Pas « tant que ». Je compte autant. Un point c’est tout ».

À partir de ce principe, le ton est donné. Ce paragraphe m’a fait l’effet d’une détonation dans tout le corps. Une écriture simple, efficace, réfléchie qui vous met face à votre propre éducation, à vos propres paradoxes. J’ai pourtant eu une éducation féministe. Ma mère et mon père m’ont appris à être fière de ce que je suis, à avoir des opinions et à les faire entendre. Pourtant, et je ne fais pas exception, les femmes ont tendance à s’oublier et à s’effacer. Comme si cette condition était ancrée dans leur cerveau. Il est où le bouton stop ?

« Je me souviens que, petite, on me disait de « me baisser comme il faut pour balayer comme une fille ». Ce qui signifiait que balayer était un truc de fille. J’aurais préféré qu’on me dise simplement :  » Baisse-toi et balaie comme il faut, parce que le sol sera plus propre ainsi ». Et j’aurais préféré qu’on dise la même chose à mes frères. »

Chère Ijeawele
Page de couverture – Chimamanda Ngozi Adichie – Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe – ed. Gallimard – 2017

Comme une fille … une expression que l’on entend beaucoup trop souvent sortir de la bouche des êtres humains que nous sommes. Cette question du genre. Le bleu pour les garçons, le rose pour les filles, les camions pour les garçons, les poupées pour les filles, la femme à la cuisine, l’homme devant la télévision. Stéréotypes, me direz-vous. Ce temps est dépassé. Et bien, figurez-vous que malgré toutes les bonnes volontés, nous sommes encore loin du temps où on ne dira plus qu’il faut balayer comme une fille. Et si ce sont très souvent les inégalités homme/femme qui sont pointées du doigt, il ne faut pas oublier que les stéréotypes sont tout autant néfastes pour les hommes et les femmes qui ne correspondraient pas à la figure masculine ou féminine. On ne balaie pas comme une fille. On balaie le sol. C’est tout. Et il serait judicieux que l’on s’en souvienne.  Une femme ne devrait jamais s’entendre dire qu’elle peut ou ne pas , qu’elle devrait ou ne devrait pas faire quoi que ce soit parce qu’elle est une femme. Un homme non plus d’ailleurs.

Chimamanda Ngozi Adichie met également le doigt sur un point qui fait mal. Même si je considère qu’il n’y pas un féminisme, mais des féminismes, je reste absolument d’accord avec l’idée selon laquelle tu es féministe ou tu ne l’est pas. Le féminisme léger n’existe pas. Eugènie Bastié et son « adieu mademoiselle » n’ont qu’à bien se tenir. Ce sont des discours à la Bastié, rétrogrades, arrivistes et pseudo engagés qui font du tord à la condition féminine. CQFD.

« Méfie-toi des pièges de ce que j’appelle le féminisme light. C’est l’idée selon laquelle il y aurait des conditions à l’égalité entre hommes et femmes. Refuse cela en bloc, je t’en prie. C’est une idée vaine, lénifiante et vouée à l’échec. Être féministe, c’est comme être enceinte. Tu l’es ou tu ne l’es pas. Tu crois à l’égalité pleine et entière entre les hommes et les femmes ou tu n’y crois pas. »

Chimamanda Ngozi Adichie appuie là où ça fait mal et elle le fait avec brio. J’aimerais être capable de mettre des mots sur le féminisme avec autant de force, d’engagement et d’humour. Son texte est court, engagé, simple, sans fioritures, mais surtout il n’est pas moralisateur. Il est puissant.

« Apprends-lui que si l’on critique X chez les femmes, mais pas chez les hommes, alors c’est que l’on n’a pas de problème avec X, mais que l’on a un problème avec les femmes. Remplace X par des mots comme : colère, ambition, grande gueule, entêtement, froideur, cruauté. »

Et je finirais par cette phrase, qui en dit long sur ce que je pense.

« Dis à Chizalum qu’en réalité les femmes n’ont pas besoin qu’on défende leur cause ou qu’on les vénère : elles ont juste besoin qu’on les traite en êtres humains égaux. »

Anaïs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s