« The Ballad of Sexual Dependency » de Nan Goldin, photographies mythiques

Nan Goldin, "Trixie sur le lit de camp", New York, Etats-Unis, 1979. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York
Nan Goldin, « Trixie sur le lit de camp », New York, Etats-Unis, 1979. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York

Je suis face à un dilemme aujourd’hui, vous parler ou non du concert de The Tiger Lillies que j’ai été voir vendredi dernier au théâtre du Maillon à Strabourg. En vrai, dans mon esprit, j’allais voir The Ballad of Sexual Dependency de Nan Goldin et, il y avait une mise en musique par le groupe britannique The Tiger Lillies.

The Tiger Lillies, groupe britannique, a été influencé par la série de photographies The Ballad of Sexual Dependency de Nan Goldin pour l’un de ses morceaux : le chanteur-pianiste-accordéoniste a composé une chanson de ¾ d’h, parce que ces photographies l’ont impressionné. Après une première partie où The Tiger Lillies ont joué plusieurs de leurs compositions que je qualifierai de folk, circassienne et parfois jazzy, ils ont ensuite projeté un diaporama des photos de The Ballad of Sexual Dependency (pas dans l’ordre d’apparition des photographies dans le livre de Nan Goldin, c’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup) et l’ont accompagné de leur composition. Pour être tout à fait honnête, je ne me sens pas compétente pour parler musique, non pas que je me sente ultra compétente pour parler d’art contemporain, de théâtre ou de littérature mais un tout petit peu plus que de musique. Cette dernière, je suis capable de l’apprécier mais pas de la critiquer, je n’ai pas les codes… je ne peux être que dans le ressenti, et, je n’ai pas apprécié la soirée de vendredi au Maillon. Mais, au vu des applaudissements et du rappel à la fin, peut-être n’ai-je pas tout compris, ou peut-être est-ce que j’aime trop les photos de Nan Goldin pour apprécier l’accompagnement, pourtant entraînant, des Tiger Lillies.

Nan Goldin, "Rise et Monty en train de s'embrasser", New York, Etats-Unis, 1988. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York
Nan Goldin, « Rise et Monty en train de s’embrasser », New York, Etats-Unis, 1988. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York

Nan Goldin est une photographe américaine dans la mouvance de la photographie intimiste (Cf. d’autres photographes telles Francesca Woodman, Claude Cahun, etc.) née en 1953. Le travail photographique de Nan Goldin ne peut se dissocier de la vie de l’artiste, l’appareil l’accompagne au quotidien et c’est ce quotidien ainsi que celui de son entourage qu’elle capture. The Ballad of Sexual Dependency est une série initiée dans les années 1970 à New York qui s’est poursuivi jusqu’à la fin des années 1980 (cette série est présentée aux Rencontres de la photographie à Arles en 1987). Nan Goldin nous plonge dans son quotidien avec ses moments de bonheur et de détresse. De soirées festives en moments d’intense solitude, de retrouvailles en instants de violence domestiques, les photographies de Nan Goldin nous racontent des histoires tragiques, heureuses, faites de petites choses qui peuvent émailler nos propres quotidiens. Nous pouvons ou non nous reconnaître dans ces clichés. Le sexe y est montré, les corps se rejoignent, se pénètrent, sans filtres, sans être policés, avec leurs défauts, leur déchéance possible, leurs plaisirs, leurs incompréhensions, leurs fusions parfois… L’amour est montré, la chute de l’amour aussi. Les individus photographiés reviennent d’images en images, parce qu’ils font partie du quotidien de Nan Goldin. C’est cela qu’elle nous donne à voir : sa vie, ce qui l’entoure, ses amis, ce qui la constitue que ce soit positif ou négatif. Parce que c’est cela la vie, l’addition de moments de joie et de peine, de douceur et de violence où les êtres se retrouvent pour célébrer leur survivance. Là, où cette série de photographies est importante pour l’art, pour la photographie, pour nous, c’est qu’elle montre le sexe mais pas un sexe pornographique, pas un sexe édulcoré, juste le sexe dans sa crudité, dans son authenticité dans ce qu’il raconte de la complexité de nos vies.

Nan Goldin, "Nan et Bran au lit", New York, Etats-Unis, 1983. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York
Nan Goldin, « Nan et Bran au lit », New York, Etats-Unis, 1983. © Nan Goldin. Collection MoMA, New York

Bref, j’ai aimé cette série de photographies quand je l’ai découverte pendant mes études, elle est bouleversante et vraie. Les individus photographiés le sont au jour le jour, ils ont confiance en Nan Goldin, ils l’ont laissé pénétrer au plus profond de leurs vies, cela se voit dans les photographies, dans les moments touchants ou violents captés. Et j’aime encore maintenant ces photographies. Je n’aurais donc pas dû aller voir The Ballad od Sexual Dependency de Nan Goldin par The Tiger Lillies la semaine dernière parce que, et cela n’engage que moi, ces photographies se suffisent à elles-mêmes, elles n’ont pas besoin qu’un texte y soit apposé, encore moins un texte où « sexual dependency » est répété comme dans un souffle très (trop) souvent…

Cécile.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

A part ça, la prog du Maillon est géniale, aller la découvrir par !

Et pour The Tiger Lillies, vous pourrez les découvrir par (la musique, n’est pas mauvaise, hein, enfin j’en ai apprécié certains moments ^^)!

Et Nan Goldin, l’éternelle, c’est par , , ou encore

Une réflexion au sujet de « « The Ballad of Sexual Dependency » de Nan Goldin, photographies mythiques »

  1. Magnifique ton article ! Ton écriture est superbe, très juste et sensible, et retranscrit bien toute la profondeur et la délicate crudité du travail de Nan. Ses photos sont magnifiques, elles nous immergent comme tu le dis sans filtre dans son intimité, dans une subjectivité émouvante et honnête. J’ai aussi écrit sur Nan il y a peu. N’hésite pas à passer faire un tour 🙂 bravo encore pour ton travail !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s