Check-Point : sur les traces d’un convoi humanitaire dans la Bosnie en guerre

Vous avez envie d’évasion et d’aventure ? Aujourd’hui je vous fais découvrir Check-point un roman de Jean-Christophe Rufin paru en 2015, qui va vous embarquer dans un road-trip humanitaire au cœur de la Bosnie déchirée en 1995.

Jean Christophe Rufin est un médecin et écrivain membre de l’académie française depuis 2008. Engagé lui-même dans l’humanitaire il mena plusieurs missions à travers le monde qui inspirèrent ses romans. Check-Point peut ainsi agir comme une réponse aux images qui l’ont marqué lors d’opérations menées en ex-Yougoslavie.

L’histoire vous emmène sur les traces d’une jeune humanitaire de vingt-deux ans partie avec quatre hommes pour mener un convoi en Bosnie. Le groupe est réparti en deux camions bringuebalants qui circulent sur des routes poussiéreuses où l’angoisse se fait sentir à chaque contrôle. Le chargement se révèle plus périlleux qu’à l’annoncé puisque deux militaires désireux d’apporter une aide plus active à un camp de réfugiés, ont embarqué des explosifs sans prévenir le reste de l’équipe. Très vite, d’autres enjeux se font alors sentir. Il n’est plus question d’apporter une aide de base, mais de soutenir le peuple qu’ils vont rencontrer au bout du chemin, et ce malgré les dangers.

rufin couverture
Jean-Chritsophe Rufin, Check-point, Gallimard, 2015 (couverture)

Check-point est en fait l’histoire d’une aventure humaine avec des personnages qui partent avec des aprioris les uns sur les autres avant d’apprendre à se connaître au fil des kilomètres parcourus. Une aventure humaine jalonnée également par l’amour qui permet bien souvent de franchir des montagnes. Mais plus on pénètre dans l’ouvrage, plus il soulève des questions qui nous sont contemporaines, en interrogeant notamment la limite entre l’humanitaire pacifique et l’intervention militaire. Un roman qui vous permettra ainsi de vivre l’engagement de ces hommes et femmes, avec un regard porté sur l’actualité.

Laissons peut-être la parole à l’auteur pour apporter une conclusion :

« Il est composé comme une sorte de huit clos roulant. Les cinq personnages qui sont enfermés dans les cabines des deux camions vivent en direct, et sous la forme d’un drame personnel, l’ébranlement de leurs certitudes et le changement de leurs univers. Engagés dans une action humanitaire « classique » (apporter des vivres et des médicaments à des populations victimes de la guerre), ils vont passer de vrais check-points mais aussi se confronter à une frontière mentale plus essentielle. De quoi les « victimes » ont-elles besoin ? De survivre ou de vaincre ? »

En espérant que ce petit aperçu vous aura donné l’envie de vous plonger dans cette aventure palpitante.

 

Margot Fache

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s