Antarctica !

Ici, tout est blanc, tout est froid, tout est grand.
La banquise est reine et personne à l’horizon.
Les phoques de Weddell et les manchots empereurs sont les seuls habitants de cette terre que l’on nomme Adélie.
Ici, l’Antarctique !

Reposoir-de-pétrels-des-neiges---Vincent-Munier

Ce week-end, au Musée des Confluences de Lyon, j’ai tenté l’expérience Antarctica !

Une expérience immersive où les sensations sont exacerbées, où le temps se suspend pour laisser place à la poésie d’un continent inaccessible à l’homme.

Antarctica c’est quoi ?

Une expédition de deux mois initiée par Luc Jacquet, réalisateur de La Marche de l’Empereur (un brin de chauvinisme, le film a été oscarisé meilleur film documentaire en 2006). L’expédition dont je vous parle ici a eu lieu en 2015. Luc Jacquet, entouré d’une équipe de choc, s’installe pour 45 jours dans la base française Dumont d’Urville en Terre d’Adélie (un site uniquement accessible aux scientifiques) afin de rendre compte de la biodiversité terrestre et sous-marine du continent antarctique. Ça fait rêver !

boite_01_055-2

L_équipe-de-plongée-se-prépare_©Cédric-Gentil

Antarctica au Musée des Confluences ça donne quoi ?

De cette expédition est née une exposition ! Mais alors quelle exposition ! Un petit bijou scénographique où l’immersion et la mise en abîme viennent éclairer une double approche, esthétique et scientifique, d’un continent lointain où nul homme ne vit.

Cette terre inaccessible, privilège des scientifiques, se révèle à nous à travers un parcours qui nous fait appréhender les différentes étapes de l’expédition. On entre par un vestiaire dans lequel tout le matériel est présenté. On plonge avec Laurent Ballesta qui sonde des profondeurs inexplorées et filme une biodiversité méconnue. On voyage dans ces abysses qui nous dévoilent un univers fantastique où la faune et la flore sont aussi sublimes qu’inquiétantes. Et retour sur la banquise pour suivre les déambulations des manchots qui n’ont pas du tout l’air de craindre Vincent Munier, l’homme en train de les filmer.

LaurentBallesta1

Un nouveau mode de narration émerge dans cette exposition. Un dialogue s’instaure entre la rigidité scientifique et la beauté esthétique d’un monde pur et énigmatique. Au fur et à mesure, guidé par les explorateurs, on découvre des notes, des citations, des graphiques, des cartes, qu’on lit rapidement pour ensuite prendre le temps de contempler les fonds marins.

Manchot-Adélie-de-retour-de-la-pêche---Vincent-Munier

Le rythme est soutenu, le regard est mouvant et sollicité de toutes parts, puis, une dernière salle, l’acmé de l’exposition. Un espace pensé à 360° : 4 écrans géants, 4 vidéoprojecteurs, des ventilateurs, au centre des sièges pour s’asseoir, s’arrêter, s’immerger. Sur un tabouret, je me laisse aller à la contemplation… à la méditation. Tout autour de moi, vit, glisse, roule, crie. Ce sont les manchots qui évoluent dans leur élément, le froid, dans leur paysage quotidien, la banquise. C’est un point de vue qui tend au sublime, ce sublime parfois grisant, car trop grand, mais porteur de l’absolu, témoignant de la force ultime de la nature. Ici, la beauté nous est donnée à voir, à l’état pur, presque abstraite et impalpable.

Des-jeunes-manchots-se-jetent-a-l'eau-pour-la-premiere-fois---Vincent-Munier

Quelques détails en plus…

L’exposition a été réalisée par Wild Touch (l’association fondée par Luc Jacquet en 2010) en partenariat avec le Musée des Confluences. Elle est encore visible jusqu’au 16 avril, alors courrez y !

Il faut parfois 4 à 6 heures de préparation avant de plonger dans l’océan Austral dont la température est de -2°.

160 heures d’images ont été tournées durant les 45 jours de l’expédition.

9000 espèces ont été recensées dans les profondeurs de l’océan Austral contre 7 espèces vivant sur la banquise.

LaurentBallesta4

Je m’arrête là, bien que je puisse parler encore et encore de cette belle découverte ! Je vous invite vivement à faire le déplacement et si ça fait trop loin (ou trop cher) pour certains, voilà le site consacré au projet, pour pouvoir s’y plonger virtuellement : http://www.exposition-antarctica.com/

Margot Rieder

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s