Jolie découverte : 14/14 de Silène Edgar & Paul Beorn

J’ai toujours aimé les lectures historiques, après une aventure étrange en lisant le Léviathan de Scott WESTERFELD qui nous imageait la Grande Guerre avec des robots et des machines énormes. On retrouve dans 14/14 un côté plus calme et plus réaliste. Tout à l’opposé du Léviathan qui nous jette dans le feu de l’action, 14/14, lui, essaie de tisser un univers attachant et pourtant totalement fou autour d’une terrible réalité qu’est l’annonce de la Première Guerre mondiale.

Il s’agit ici de l’histoire de deux gosses, soi-disant cousins, Adrien, 13 ans vit à Laon en 2014, il écrit à son cousin Hadrien qui vit à Coberny, un petit village situé à quelques kilomètres de chez lui. Très vite, les deux adolescents deviennent amis et se livrent leurs secrets. Et pourtant, cent ans les séparent. Les peines se ressemblent, les histoires de cœur aussi, la famille, l’école alors que les conditions de vie sont, elles, totalement opposées. Hadrien, né en 1901 vit précairement dans la ferme familiale, il rêve de la ville et de grandes études. Adrien, né en 2001 vit en ville, il se fiche de l’école et veut devenir dessinateur, totalement en perte de repères, son père les a abandonnés, en échec scolaire, souffre-douleur de son collège Adrien se jette corps et âmes dans son échange avec Hadrien.

« Le calcul lui semble simple aussi, mais la rédaction le prend de court : « Votre maître vous a dit d’aimer et de respecter les arbres. Pourquoi devons-nous les regarder comme des amis ? Quelle est leur utilité ? » Leur utilité, il la connaît bien, mais considérer un arbre comme son ami, c’est plus compliqué. Il pense alors à son seul véritable ami, Adrien, et il se l’imagine comme un chêne, une présence rassurante et solide, quoique chahuté par le vent ou les idiots gravant leurs initiales sur son tronc. Adrien reste lui-même, il étend, sans en avoir conscience, son ombre douce et patiente, offrant un sentiment de sécurité qu’Hadrien n’avait jamais connu. Finalement, en posant le point final à sa rédaction, le jeune homme est fier de lui. » Hadrien face à son examen pour aller au Petit Lycée.

En découvrant que cette nouvelle boîte aux lettres devant chez lui n’est pas normale, Adrien va alors tout apprendre sur Le Chemin des Dames, la Grande Guerre et tout ce qui s’en suit afin de prévenir son ami de la terrible attaque qui détruira son village.

« Ce cousin est étrange, parfois il lui semble qu’il vit dans un autre monde. »

Cette touche de magie pour aborder une période sombre de notre histoire est finement trouvée. Sans tomber dans le roman loufoque, les auteurs nous proposent l’Histoire dépeinte par deux gamins que tout semble lier.

Au-delà de la guerre qui ne devient un point important que vers la moitié du livre, l’histoire nous montre l’évolution du monde, sans doute trop rapide notamment pour ces adultes qui ne croient pas un mot de tout cela.

Deux garçons, deux vies que cent ans séparent. Le temps passe, mais les rêves des enfants restent les mêmes ainsi que leurs questionnements, quelque soit le cadre.

Il s’agit bien évidemment d’une lecture jeunesse destinée à un public de collégiens principalement. Mais je trouve qu’il peut faire l’objet d’une lecture plus approfondie et même appréciée des plus vieux: la preuve !

14/14 – Silène Edgar et Paul Beorn, éd. Castelmore, 2014, 350 pages.

Margaux G.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s